Accueil / Avocat, loi, législation, droit et justice / 5 missions du service pénitentiaire d’insertion et de probation
missions du service de probation

5 missions du service pénitentiaire d’insertion et de probation

Le service pénitentiaire d’insertion et de probation ou SPIP est une branche déconcentrée départementale de l’Administration pénitentiaire, dont le rôle est d’assurer le contrôle des individus détenus ou mis sous main de justice au sein d’un lieu de détention ou en dehors. Pour cela, il effectue plusieurs missions.

Prévention de la récidive : principale mission du SPIP

Le service pénitentiaire d’insertion et de probation met en place tout un système, pour faire en sorte que chaque individu placé en détention ou bénéficiant d’un aménagement de peine ‘DDSE, ARSE…) ne retombe en délinquance. Dans un premier temps, ce service va chercher à prévenir la désocialisation des individus à cause de la mise en détention, ou d’autres facteurs de troubles en milieu fermé ou ouvert. Cela se fait par divers moyens comme le maintien des liens sociaux et familiaux des personnes concernées, la mise en œuvre d’activités culturelles, la lutte contre la toxicomanie ou l’illettrisme, ainsi de suite.

Evaluation des personnes sous main de justice

L’une des premières tâches dévolues au service pénitentiaire d’insertion et de probation consiste à évaluer le comportement, la mentalité, les efforts… des personnes incarcérées ou mises sous surveillance électronique. Cela peut passer de simples entretiens réguliers avec l’individu concerné, à des évaluations psychologiques, en passant par des enquêtes sociales en milieu fermé ou ouvert. Il s’agit d’une mission de base de l’Administration pénitentiaire, en vue de faciliter l’insertion ou la probation de l’individu, et de garantir la sécurité dans la société.

missions du service pénitentiaire

SPIP : mission de suivi et contrôle

Dans le cadre de son rôle en matière de probation et de maintien de la sécurité, le SPIP se charge d’assurer que les personnes surveillées en milieu ouvert ou fermé suivent les réglementations qui entourent leurs situations. Cette étape sert aussi de base à l’insertion ou la réinsertion des individus incarcérés, qu’ils bénéficient ou non d’un processus d’aménagement de peine… Elle prépare les détenus à la sortie de prison, et ceux qui bénéficient d’une alternative à la prison à une nouvelle vie en société.

Aide à des décisions judiciaires en matière d’aménagement pénal

Le service pénitentiaire d’insertion et de probation sert considérablement à la prise de décision des juges, principalement dans le cadre d’une procédure de mise en placement sous surveillance électronique (DDSE, PSEM…) ou d’autres formules d’aménagement. En effet, en plus des enquêtes et des évaluations qu’il mène auprès des personnes concernées dont il rend compte au juge, le SPIP se charge aussi d’étudier et de proposer des solutions d’aménagement au juge des applications des peines. En fait, cette collaboration avec l’instance judiciaire se fait tout le long du processus d’insertion des personnes détenues.

Insertion et réinsertion des individus détenus

En plus d’empêcher la récidive et d’en minimiser les risques, la principale fonction du service pénitentiaire d’insertion et de probation est de permettre un retour facile et sans accroc d’anciens détenus dans la société. Outre la préparation des individus détenus à leur sortie du milieu carcéral, ce, avec l’aide d’autres organismes institutionnels et associatifs, le SPIP facilite leur accès à des dispositifs d’insertion sociale et professionnelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *