Accueil / Auto, moto et autres véhicules / Sport automobile : comment piloter une voiture de course ?
voiture de course comment la piloter

Sport automobile : comment piloter une voiture de course ?

Piloter une voiture de course requiert de l’instinct et beaucoup de passion. C’est un sport comme tout autre. Bien évidemment, avant de piloter, il faut savoir conduire et c’est même une étape de haut intérêt. Pourquoi nous considérons que le pilotage automobile est un sport ? Nous allons vous éclaircir.

Le transfert de masse de la voiture

Quand nous parlons de transfert de charge, nous pensons directement à la vitesse. Le véhicule à l’accélération renvoie toute la masse à l’arrière et grâce à un freinage en appui, il se passe l’inverse. Cela accorde à la voiture un bon drift dans un virage, « c’est ce qu’on appelle dérapage contrôlé ». Ce processus permet au véhicule de restructurer son comportement, afin de le permettre de passer le virage rapidement. Néanmoins, pour réussir un transfert de charge, il faut avoir un bon réflexe et une bonne concentration. Vous pouvez consulter ce lien : http://www.lachapellesaintflorent.fr/ .
Piloter, demande une grande responsabilité.

Passer un virage peut être périlleux même pour un bon driver, si celui-ci ne prend pas en compte son allure et sa trajectoire. Cela est valable, que ce soit pour le pilote ou pour les spectateurs. En réalité, ce ne sont pas les mains du pilote qui conduisent la voiture, mais plutôt ses pieds, car le transfert de masse, le balancement des pieds (talon pointe), frein-accélérateur, jouent le rôle principal dans la conduite. Cependant, il ne faut pas négliger la maîtrise du volant, par rapport au contre-braquage. Voir le blog de Pascal Cointreau.

La motricité du véhicule pendant la  course

La traction deux roues motrices signifie que ce sont les roues avant qui tractent la voiture de course grâce à la puissance du moteur et de la boite de vitesse, reliée aux pneus avant par des transmissions. La traction 2RM permet aussi de diminuer le poids du véhicule, avec lequel elle a de l’avantage avec le rapport poids-puissance. Les voitures de course à traction avant peuvent être plus maniables à piloter, que ce soit dans un virage, dans une descente ou encore une montée. Le double débrayage soulage la boite de vitesse et permet de maintenir le tour moteur. Les pièces des deux roues motrices sont plus accessibles que ce soit par rapport au prix ou encore que l’on les trouve dans la plupart des magasins et points de vente de pièces automobiles. Encore un de ces privilèges, le véhicule consomme moins de carburant et elle est donc plus économique.

Pour les 4RM, la puissance du moteur est distribuée aux quatre pneus du véhicule. Cela lui donne de l’avantage dans le contrôle de la voiture. Il est donc plus facile et plus intéressante de la manier comme bon vous semble. Il est possible sur certains de ces automobiles de sélectionner, selon la convenance du conducteur, manuellement le mode 2RM ou 4RM. Cela lui permettra également d’économiser du carburant, ce qui n’est pas le cas des véhicules quatre roues motrices permanent. Comme les deux roues motrices, les quatre roues motrices peuvent avoir une boite de vitesse synchronisée reliée à la boite de vitesse crabot qui peut lui permettre de passer de niveau sans à-coups.

adapter la conduite à la voiture de course

Une conduite adaptée pour chaque  voiture de course

Les propulsions, elles sont très efficaces surtout sur les routes sèches, étant donné que ce sont les roues arrière qui tractent la voiture. Elles sont donc plus rapides au démarrage, sont généralement plus performantes et ont plus d’équilibre. La transmission de la voiture se fait sur les roues arrière, ce qui la différencie de la traction 2RM. Les propulsions permettent d’avoir une bonne liaison au sol, sur le sol sec, et elle a l’avantage de présenter des entrées en virage spectaculaires et contrôlés. Le poids est également plus léger, car les propulsions sont poussées par les pneus arrière, ce qui allège forcément le poids du moteur, qui visiblement peut ralentir une voiture à cause de sa pesanteur. Les propulsions sont plus difficiles à maîtriser, mais ont une meilleure motricité en accélérant.
Piloter une voiture de course procure une vraie sensation forte. Piloter, c’est surtout l’enchaînement des accélérations, les freinages et surtout de prévoir les trajectoires. Le pilotage requiert une maîtrise de son véhicule, ainsi qu’une maîtrise de sa puissance. Le sport mécanique est sans aucun doute un vrai sport, car il nécessite une force physique, un moral à toutes épreuves et le bon fonctionnement des cinq sens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *