Accueil / Electricité, gaz et énergie renouvelable / 2030 : Fin de la hausse de la demande mondiale d’essence ?
Voitures électriques

2030 : Fin de la hausse de la demande mondiale d’essence ?

La demande mondiale d’essence culminera d’ici 13 ans grâce à l’impact des voitures électriques et des moteurs plus efficaces, ont prédit les experts en énergie. On s’attend à ce que l’adoption des véhicules électriques réduise considérablement la demande d’essence, en particulier au-delà de 2025, à mesure que les voitures à batterie se généraliseront.

Combiné avec les constructeurs automobiles forcés par la réglementation de produire des modèles qui fonctionnent davantage avec la même quantité de pétrole, un nouveau rapport des analystes suggère que la demande mondiale d’essence devrait culminer d’ici 2030.

Le Royaume-Uni et la France ont récemment déclaré qu’ils supprimeraient progressivement les ventes de voitures neuves à essence et diesel d’ici 2040. La Chine, le plus grand marché automobile du monde, envisage une démarche similaire, qui aurait un impact significatif sur la demande de pétrole.

Sur les 96 millions de barils de pétrole consommés chaque jour dans le monde, 60 millions sont utilisés pour le transport, que Wood Mackenzie prévoit de bloquer d’ici 2030.

L’analyste principal a déclaré que les répercussions du plateau de l’essence se feraient sentir beaucoup plus tôt, car les compagnies pétrolières retardent les investissements dans les raffineries et le nombre de stations-service est réduit.

Nous devenons de plus en plus efficaces à mesure que nous utilisons notre énergie. Ainsi, à mesure que les économies se développent, nous dépendons moins du pétrole, de sorte que l’importance du pétrole dans l’économie mondiale devrait diminuer avec le temps.

Recettes fiscales provenant de la taxe de l’essence

Pour les pays qui dépendent fortement des recettes fiscales provenant de la taxe sur les carburants, comme les 28 milliards de livres sterling que cette taxe rapporte chaque année au Royaume-Uni, la baisse de la demande d’essence constituera un défi pour les gouvernements, a-t-il dit.

Court terme, les changements réglementaires aux normes d’efficacité énergétique imposés par Barack Obama aux États-Unis, ainsi que par l’UE et la Chine, constitueront le principal frein à la demande en essence. On s’attend à ce que les voitures alimentées par batterie aient un impact plus important plus tard.

Après 2025, c’est là que les ventes de voitures électriques décollent. Plus on va loin dans l’avenir, plus c’est de voitures électriques, qui prévoit que les modèles rechargeables représenteront 10 % des ventes mondiales de voitures neuves d’ici 2030. Si les villes commençaient à interdire les voitures équipées d’un moteur à combustion, cela accélérerait rapidement le passage aux véhicules électriques, a-t-il ajouté.

Alors que l’essence culminera en premier, les analystes s’attendent à ce que la demande totale de pétrole plafonne vers 2035, car la croissance est touchée par les politiques en matière de changements climatiques et les économies des pays en développement qui arrivent à maturité.

Fin des voitures essences

Bien que le marché s’inquiétait autrefois de la pointe de l’offre de pétrole, la principale préoccupation de l’industrie était maintenant un pic de la demande.

La perspective d’une demande pétrolière de pointe est très réelle, a déclaré le groupe. Ses prévisions de la demande de pointe de pétrole sont relativement précoces par rapport aux prévisions de BP pour le milieu des années 2040 et aux prévisions de l’Agence internationale de l’énergie pour 2040.

Toutefois, certaines sociétés pétrolières, comme Shell, estiment que le pic pourrait se produire au début des années 2030, voire à la fin des années 2020, en raison de la croissance des voitures fonctionnant aux biocarburants et aux batteries. La firme anglo-néerlandaise estime que l’impact sur la demande de pétrole des voitures plus économes en carburant l’emportera de loin sur l’impact des véhicules électriques.

Le prix du pétrole a l’un de ses plus hauts niveaux

Le prix du pétrole a atteint l’un de ses plus hauts niveaux cette année jeudi, à 58,24 Euros (43,83 euros) le baril, après les informations faisant état d’escarmouches entre les forces irakiennes et kurdes dans les régions productrices de pétrole et les préoccupations concernant les sanctions contre l’Iran.

Toyota a annoncé qu’elle testera des voitures électriques au Japon à partir de 2020 équipées d’intelligence artificielle pour aider les voitures à mieux comprendre et s’adapter à leurs conducteurs. Une voiture concept sans conducteur peut également être conduite manuellement. L’IA mesurera l’émotion et le niveau de vigilance en lisant les expressions, les actions et le ton de la voix du conducteur, a déclaré le constructeur japonais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *