Accueil / Tourisme, voyage, circuit et séjour / Volontourisme ou tourisme volontaire : voici ce qui ne va pas !
Volontourisme

Volontourisme ou tourisme volontaire : voici ce qui ne va pas !

Le tourisme volontaire, ou bénévolat, est une tendance émergente des voyages liée au faire le bien. Pourtant, ces efforts pour aider les gens et l’environnement ont fait l’objet de vives critiques – je crois pour de bonnes raisons. La capacité des touristes bénévoles à changer de système, à atténuer la pauvreté ou à apporter un soutien aux enfants vulnérables est limitée. Ils n’ont tout simplement pas les compétences nécessaires. Et ils peuvent perpétuer par inadvertance des idées condescendantes et inutiles sur les lieux qu’ils visitent.

La tendance au volontariat est due en partie aux initiatives d’organisations de grande envergure et bien établies. Ils collectent des fonds pour les programmes qu’ils ont développés pour les orphelins et les enfants vulnérables.

Leurs appels ont été efficaces parce que les enfants dans le besoin ont tendance à susciter la compassion et parce que les technologies modernes de communication permettent de partager facilement l’appel à l’aide.

,Mais il y a des dangers dans ces appels, qui s’adressent surtout à un public occidental. Par exemple, la chanteuse Madonna, dans son documentaire I Am Because We Are, dit que le Malawi est en état d’urgence. Elle dit qu’il y a plus d’un million d’enfants rendus orphelins par le SIDA dans le pays d’Afrique centrale et qu’ils sont vivre dans la rue, dans des bâtiments abandonnés et sont enlevés, kidnappés et violés.

La description est inexacte. Il n’y a pas un million d’enfants qui vivent dans les rues du Malawi, et il n’y a pas non plus de taux élevés d’enlèvements et de viols.

Outre le fait qu’ils donnent parfois une impression inexacte, ces appels ont attiré un nombre croissant d’étudiants volontaires, que l’on pourrait décrire comme des travailleurs humanitaires amateurs. Ils ont l’intention de servir les gens, en particulier les enfants, mais est-ce qu’ils ?

Le problème avec le bénévolat et l’écovolontariat

La plupart des étudiants apportent peu de compétences pertinentes à leurs sites de bénévolat. Ils ne sont pas non plus tenus de s’engager à long terme. Au lieu de cela, les volontaires participent à des projets de service comme la construction de base, la peinture, le tutorat en anglais et en mathématiques, la distribution de nourriture, ou simplement être un ami aux enfants perçus comme seuls et ayant besoin d’un soutien social.

Le tourisme avec les enfants perpétue également la notion d’une Afrique désespérée qui a besoin de la bienveillance de l’Occident. Les volontaires sont amenés à imaginer que leur engagement s’adresse directement à la souffrance. Beaucoup croient que les enfants avec lesquels ils travaillent n’ont pas d’autres systèmes sociaux pour les soutenir matériellement ou socialement.

Tourisme et bénévolat

C’est ce qui ressort clairement des images et des anecdotes qu’ils font circuler d’une Afrique souffrante et malade. Les images qu’ils dépeignent sont que l’Afrique est incapable d’échapper à la pauvreté et à la violence sans intervention occidentale.

Les façons dont les bénévoles s’impliquent ont tendance à ne pas s’attaquer aux causes de la souffrance. La manière dont les bénévoles s’impliquent a tendance à ne pas s’attaquer aux causes de la souffrance.

La conception de ces programmes conduit à un engagement superficiel des volontaires. Il leur est donc difficile de réfléchir – ou de faire quoi que ce soit – aux problèmes structurels qui sont à l’origine des crises humanitaires.

Ces questions comprennent l’histoire, les conditions sociales, politiques et économiques qui encadrent la vie des gens.

Mes recherches suggèrent que les étudiants qui s’engagent dans ces programmes contribuent en fait à la mystification de systèmes plus vastes qui produisent l’inégalité, la pauvreté, des modèles particuliers de distribution des maladies et diverses formes de violence.

Les programmes de volontourisme doivent être retravaillés

Les problèmes décrits ici ne signifient pas nécessairement que le travail bénévole doit être abandonné. Dans un monde de plus en plus violent et xénophobe, ce type d’engagement interculturel peut aider les gens à se comprendre et à s’apprécier mutuellement.

,Mais si l’on veut y parvenir, il faut recadrer les expériences des volontaires et remanier les programmes. Toute organisation qui emmène des jeunes sur des sites de volontariat au Malawi devrait les préparer en leur fournissant des informations adéquates avant leur départ, ainsi que des occasions de discussion pendant et après leur voyage. Beaucoup de ces programmes sont associés à des campus universitaires ou à des groupes religieux organisés qui ont la capacité d’apprendre, d’enseigner et de soutenir un échange culturel plus sophistiqué.

Les étudiants doivent apprendre l’histoire politique, sociale, économique et culturelle des lieux qu’ils visitent. Ils devraient avoir la possibilité d’explorer plus en profondeur les systèmes de pauvreté et d’inégalité.

Plus important encore, les élèves doivent considérer ces expériences comme des échanges culturels destinés à générer la connaissance et le respect d’autres façons d’être et non comme des voyages qui aident les pauvres.

Si les volontaires peuvent comprendre les personnes avec lesquelles ils travaillent en tant que citoyens ayant des droits plutôt que des objets de charité, ils peuvent commencer à penser au partenariat à long terme, à la justice et au changement structurel.

Je crois que l’engagement à long terme est essentiel. Les médecins, les ingénieurs, les informaticiens et certains types d’éducateurs possèdent des compétences importantes et pourraient apporter une contribution plus durable. Les médecins, par exemple, pourraient former le personnel médical sur les nouvelles procédures à utiliser après le départ du volontaire.

A court terme, les volontaires devraient considérer leur présence comme un échange culturel plutôt que comme une aide humanitaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *