Accueil / Education, formation et emploi / Chief happiness officer : c’est quoi ce nouveau métier qui fait rêver ?
chief happiness officer

Chief happiness officer : c’est quoi ce nouveau métier qui fait rêver ?

Les années 2000 ont été le berceau de profonds bouleversements sociétaux qui marquent le début d’une ère nouvelle pour l’humanité. Les apports du numérique, les évolutions des aspirations des citoyens ou encore la prise de conscience des enjeux écologiques ont façonné de nouvelles attentes parmi la population qui s’exprime notamment par une refonte totale des dynamiques qui sous-tendent le travail dans les entreprises.

Le boulot n’est plus aujourd’hui détaché de la vie personnelle et privée. Avec l’intégration croissante des smartphones et du télétravail dans nos vies, le travail n’est plus cantonnée aux locaux de l’entreprise, ce qui lui permet plus de souplesse et de réactivité mais lui confère également un certain nombre d’obligations envers ses salariés. Ainsi, le bonheur au travail est devenu une composante nécessaire de la réussite. Un paradigme qui s’exprime notamment par une fonction nouvelle au sein des sociétés, le poste de Chief Happiness Officer. Présentation.

Le Chief Happiness Officer, un vecteur de bien-être au sein des entreprises

Dans les entreprises d’aujourd’hui, le bien-être des employés est une préoccupation prioritaire. En effet, de nombreuses études démontrent toute son importance dans l’implication et la motivation des équipes. Les séances de team-building, les séminaires d’entreprise ou les voyages incentives sont des outils désormais très utilisés, dont l’efficacité est reconnue par tous. Certaines entreprises comme Néovent en ont fait une spécialité et se posent en partenaires de productivité indispensables des entreprises.

Toutes ces activités ont pour but de promouvoir le dialogue et la camaraderie à l’intérieur même des entreprises. En parallèle s’est développé un métier très particulier, inventé par un ingénieur de Google qui cherchait à maximiser la productivité des équipes en pourvoyant à leurs besoins sur leur lieu de travail. Le Chief Happiness Officer, ou CHO, est ainsi chargé de répondre aux aspirations de chacun en adaptant les horaires, les méthodes de travail, en enrichissant le milieu ou en fluidifiant la communication.

métier chief happiness

Des compétences nécessaires au Chief Happiness Officer

Un bon Chief Happiness Officer est donc avant tout un médiateur. Son rôle particulier le pose en lien entre la direction et les différents collaborateurs qui composent les équipes. Il doit donc être doté d’un caractère avenant, de capacités d’écoute et de compréhension fines et faire preuve d’une grande énergie pour la communiquer à l’ensemble des salariés.Son objectif est toujours de limiter les contraintes qui pèsent sur les employés et l’adaptation est son principe directeur.

Les missions du CHO sont très différentes d’une entreprise à l’autre et les qualités nécessaires à la pratique du métier relèvent plus de l’humain que du technique. Il n’existe pas de formation particulière pour ce type de poste car c’est le profil plutôt que la parcours professionnel qui fait d’un individu, une personne adéquate pour traiter les informations récoltées avec pertinence. Installer un baby-foot dans l’espace détente, proposer des ateliers de communication ou encore intégrer les outils digitaux pour faciliter le travail, voilà des actions qui ne demandent que du bon sens et de l’à propos !

Le bonheur au travail, un atout pour la compétitivité des entreprises

Si le Chief Happiness Officer tend à occuper une place toujours plus prépondérante au sein des entreprises, c’est surtout grâce aux récentes études qui démontrent toute l’importance du sentiment d’appartenance dans la motivation du personnel. Les entreprises spécialisées dans l’événementiel d’entreprise comme Neovent proposent déjà de multiples activités pour renforcer la cohésion et l’implication au travail et le CHO est pour elles un interlocuteur idéal, capable d’établir avec précision, les besoins spécifiques de sa société.

Il a été maintes fois constaté que le bonheur au travail est indispensable à l’épanouissement de chacun. Considérés pour ce qu’ils sont, c’est à dire des êtres humains avec des besoins relationnels, les salariés éprouvent alors la reconnaissance qui leur est due par leurs leaders et deviennent aptes à mobiliser leurs ressources au profit du développement de la croissance de leur entreprise. Team-building, séminaires et conventions seront alors de vastes champs d’expression et feront décoller leur motivation !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *