Accueil / Loisir, passion et ateliers / L’addiction aux jeux d’argent, un phénomène international
addiction aux jeux

L’addiction aux jeux d’argent, un phénomène international

La nature humaine veut qu’on aime tous les frissons qu’on ressent durant les prises de risques. Que ce soit en jouant à des machines à sous ou en glissant à toute vitesse sur un skateboard, les sensations fortes nous garantissent une montée d’adrénaline qui procure une satisfaction certaine. Lorsqu’on gagne après une énorme prise de risque, c’est un shot de dopamine que notre cerveau secrète et c’est ce qui rend ces expériences si addictives.

L’addiction aux jeux d’argent touche tout le monde

L’amour du risque peut certainement contribuer dans l’avancement civilisationnel et il constitue le cœur même de l’entreprenariat et de l’innovation. Cela dit, il ne vient pas qu’avec des qualités et il peut facilement se transformer en une addiction destructrice et sans limites. Parmi les formes de prises de risques qui deviennent facilement addictives, on trouve le jeu d’argent.

Aujourd’hui, on estime que 1 % de la population mondiale est touchée par ce trouble psychologique. C’est pour cette raison que les différents Etats européens, y compris la France, ont décidé d’effectuer des contrôles rigoureux sur les différents sites de casinos en ligne, ce qui a donné naissance à des sites fiables. Ces derniers présentent aux joueurs toutes les informations essentielles à connaître sur les différents jeux de casino en ligne et leur permettent ainsi d’être avertis, lorsqu’ils décident de miser de l’argent réel.

addiction jeux d'argent

Qui sont les personnes les plus susceptibles d’avoir des problèmes d’addiction aux jeux d’argent ?

Le jeu d’argent compulsif est reconnu par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) pour être un désordre psychologique. Tout le monde peut avoir du plaisir à placer quelques mises de temps en temps. Même si ces gens finissent toujours par perdre, cette activité ne risque pas de les ruiner, et les sommes qu’ils investissent vaudront presque toujours le fun qu’ils ont eu en retour. Par contre, les joueurs compulsifs sont souvent des mauvais perdants et ils ont généralement du mal à se contrôler. Ces défauts de caractère les poussent à continuer à jouer et c’est là qu’ils développent leur addiction, qui finit le plus souvent par causer des dégâts immenses sur leurs vies au niveau personnel et même professionnel.

En 2016, la GC (Gambling Commission) a annoncé qu’il y aurait plus de 340 000 cas de joueurs compulsifs en Grande Bretagne, dont beaucoup sont exposés à des risques graves. Leurs rapports médicaux permettent de construire un certain profil :

  •         Les hommes sont 5 fois plus touchés que les femmes.
  •         Les chômeurs sont plus susceptibles d’être touchés par l’addiction.
  •         L’âge moyen du joueur compulsif est le plus souvent compris entre 25 et 34 ans.
  •         Les minorités sont plus touchées, à l’exception des asiatiques.
  •         Les joueurs compulsifs présentent souvent d’autres troubles psychologiques.

Chaque année, ces joueurs finissent par perdre des dizaines de millions d’euros et la vaste majorité d’entre eux finissent par passer le cap de leurs moyens financiers. Le sentiment d’en être arrivé à un point de non-retour les pousse aussi à continuer à miser massivement, dans l’espoir de gagner le jackpot et « corriger » leurs vies. Bien entendu, cela les entraîne dans un cercle vicieux duquel ils ne pourront que difficilement s’extirper.

Le nombre des admissions aux hôpitaux qui sont liées aux jeux d’argent a plus que doublé durant les six dernières années. Les statistiques incluent des gens qui se sont tournés vers la criminalité et qui ont blessé d’autres personnes dans le processus, ainsi que des joueurs qui ont fini par attraper des maladies psychologiques. En ce moment même, les autorités en Europe considèrent l’ouverture de plusieurs cliniques exclusivement dédiées aux problèmes des jeux d’argent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *