Accueil / Bio, naturel et écologie / Le Bitcoin peut-il être écologique ?
bitcoin écologie

Le Bitcoin peut-il être écologique ?

Le minage de crypto-monnaies, le processus de génération de nouveaux jetons, consomme beaucoup d’énergie, ce qui a des répercussions sur les préoccupations croissantes concernant les impacts environnementaux des monnaies virtuelles. Les critiques affirment que les crypto-monnaies contribuent à une importante pollution au carbone, presque similaire à celle de toute la City de Londres. En 2017, l’extraction de Bitcoins a consommé environ 30 térawattheures, soit la même énergie que la République d’Irlande.

La difficulté accrue à résoudre les problèmes mathématiques nécessaires pour frapper de nouveaux jetons Bitcoin contribue à la consommation d’une puissance de calcul élevée. Bien que les experts aient encore du mal à déterminer la quantité exacte d’électricité consommée par l’extraction de Bitcoins, les rapports estiment qu’elle est d’environ 121 térawattheures par an.

Le principal problème environnemental lié au minage de Bitcoins est la production d’émissions de gaz à effet de serre résultant de l’utilisation de combustibles fossiles pour produire de l’électricité. Les mineurs opèrent souvent dans des régions où le coût de l’électricité est moins élevé, comme la Chine, qui représente plus de 65 % des opérations d’extraction de crypto-monnaies dans le monde. D’autres se trouvent en Russie, au Kazakhstan, en Iran, en Malaisie et aux États-Unis. Ces pays produisent et subventionnent des combustibles fossiles pour l’électricité.

Outre l’électricité produite à partir de combustibles fossiles, d’autres affirment que les crypto-monnaies génèrent une quantité importante de déchets électroniques. Cela provient des systèmes informatiques avancés utilisés par les mineurs de crypto-monnaies. En raison de la complexité du minage du Bitcoin, le matériel informatique devient généralement obsolète après environ un an et demi. Les mineurs ne peuvent pas réutiliser le matériel puisqu’il est destiné à un usage unique. Au lieu de cela, ils incinèrent le matériel ou l’envoient dans les pays en voie de développement, où il finit dans des décharges non réglementées.

énergie renouvelable

Comment le Bitcoin peut devenir écologique

Le Bitcoin peut encore être « vert » malgré son impact important sur l’environnement. Plusieurs usines de minage de Bitcoins à petite échelle explorent les moyens de rendre leur activité plus durable, créant ainsi une plateforme solide pour que d’autres suivent l’exemple. Ces opérations cherchent principalement à réduire la quantité d’électricité nécessaire au minage de crypto-monnaies et la chaleur générée par le matériel. D’autres se tournent également vers les énergies non renouvelables pour alimenter les activités de minage de Bitcoins.

Énergie renouvelable

Certaines sociétés de minage de Bitcoins ont abandonné l’électricité d’origine fossile pour utiliser des sources d’énergie renouvelables comme l’énergie éolienne, solaire et nucléaire. Par exemple, le Moonlite Project a construit un centre de données de minage de Bitcoin qui fonctionnera entièrement avec de l’énergie renouvelable à faible coût.

En 2020, une société basée à Dallas, Autonomous, a lancé un centre de données de crypto-minage de 150 mégawatts appelé HOLD Ranch. Il s’agit de la première opération à grande échelle alimentée par les vastes parcs solaires et éoliens de la région. Les mineurs du centre ont des contrats de réponse à la demande avec le réseau texan, arrêtant leurs machines à tout moment pendant les pics de demande d’électricité en échange de rabais.

Une autre entreprise américaine, Crusoe Energy Systems, a levé 250 millions de dollars pour exploiter des mines de Bitcoins dans six États, dont le Texas, le Nouveau-Mexique et le Dakota du Nord. L’entreprise prévoit d’exploiter le gaz naturel de ces régions pour faire fonctionner ses opérations minières. Elle détourne actuellement environ 10 millions de pieds cubes de gaz naturel par jour.

Une étude réalisée en 2019 à Cambridge sur 280 entreprises de Bitcoin a indiqué qu’elles alimentaient jusqu’à 39 % de leurs opérations minières grâce à des énergies renouvelables. Dans les régions où les barrages hydroélectriques géants sont plus nombreux, comme en Chine, certains mineurs exploitent l’énergie qui serait autrement gaspillée.

Gazprom, la compagnie de gaz naturel appartenant à l’État russe, possède une division qui vend aux mineurs de Bitcoins l’énergie produite par les gaz de combustion. Le gaz de torche est un sous-produit du forage et du traitement du pétrole et du gaz qui est souvent rejeté dans l’atmosphère.

Autres solutions écologiques

De nombreux échanges de crypto-monnaies de premier plan, tels que Yuan Pay Group, explorent des méthodes de transaction économes en énergie afin de réduire l’empreinte carbone du secteur. Une start-up canadienne utilise la chaleur générée par le matériel de minage Bitcoin pour élever des poissons d’eau froide et faire pousser des plantes comme la laitue et le basilic de manière plus durable.

Même s’il faudra un certain temps pour réaliser les gains escomptés, l’analyse ci-dessus prouve que le Bitcoin peut devenir écologique. Cependant, le monde a besoin de recherches supplémentaires pour déterminer les moyens les plus efficaces de rendre le Bitcoin durable à l’avenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *