Accueil / Banque, finance, épargne et fiscalité / Ce qui a changé pour la cybersécurité dans le secteur bancaire et financier
cybersécurité bancaire

Ce qui a changé pour la cybersécurité dans le secteur bancaire et financier

Ces dernières années, l’innovation et la croissance des technologies ont certainement amélioré le fonctionnement des banques et des autres systèmes financiers. Cependant, d’un autre côté, les exigences en matière d’info sécurité dans le secteur bancaire et financier ont considérablement augmenté en raison de la multiplication des vulnérabilités et des cyberattaques. La cybersécurité dans le secteur bancaire et financier est donc plus critique que jamais.

Dans un rapport, une société japonaise de sécurité informatique mentionne une augmentation de 1318 % des attaques par ransomware au début de l’année 2021. Ces chiffres sont radicalement disproportionnés par rapport à ceux d’autres secteurs. Les organismes de réglementation sont inquiets et ont déjà pris les mesures nécessaires pour améliorer la cybersécurité dans la finance.

Vulnérabilités de la chaîne d’approvisionnement dans le secteur bancaire et financier

Les cyberattaquants ont trouvé de nouveaux moyens de voler des données sans viser directement leur cible. Au lieu de paralyser la sécurité d’une organisation, ils choisissent de frapper les réseaux plus vulnérables et plus faibles de leurs partenaires pour infiltrer la base de données cible.

Cette cyberattaque est également connue sous le nom de « island-hopping ». Il s’agit d’une tactique de guerre dans laquelle l’attaquant contourne l’île fortement déployée et attaque directement l’île principale pour vaincre son adversaire.

En 2017, les détaillants de grandes surfaces ont été confrontés à une violation de données. Les pirates ne se sont pas frayés un chemin jusqu’à la base de données en attaquant les serveurs de Big-box. Ils ont d’abord piraté les serveurs d’un fournisseur tiers, Fazio Mechanical Services, et se sont frayés un chemin.

Cette situation est alarmante pour la cybersécurité dans le secteur bancaire, qui doit renforcer sa défense et contraindre ses partenaires à respecter les règles de cybersécurité.

La pandémie a modifié le paysage de la banque et de la finance. Ces secteurs ont connu une immense croissance des transactions et des services bancaires en ligne en raison des normes et réglementations covides. En outre, la Banque mondiale a signalé une augmentation fulgurante de la clientèle des entreprises fintech pendant la pandémie.

Cela a augmenté les vulnérabilités pour la cybersécurité dans la finance et la banque. En outre, les attaques basées sur les API ont augmenté de 141 % au cours du premier semestre de 2021. Cela correspond à une augmentation de plus de 300 % du trafic d’API des pirates.

Si vous êtes une start-up dans une industrie Fintech ou dans la finance, vous devez vous assurer que toute votre chaîne d’approvisionnement est activée avec une sécurité primaire.

Dans l’ensemble, il est impératif de protéger l’ensemble du réseau dans le secteur financier et bancaire.

Ransomware : vieille école mais tout aussi dévastateur aujourd’hui

La présence d’un ransomware sur votre ordinateur peut vous faire faire des cauchemars. Un collège américain vieux de 150 ans a dû fermer ses portes pendant une pandémie en raison d’une attaque de ransomware sur sa base de données. Ils n’ont pas réussi à réunir une énorme rançon de 20 millions de dollars.

Imaginez ce qui se passe si une banque ou une institution financière est confrontée à une attaque par ransomware. Cette base de données cruciale doit être préservée à tout prix. Malheureusement, le secteur bancaire a été confronté à une augmentation de plus de 1000 % des attaques par ransomware.

Les ransomwares font une brèche dans la base de données et manipulent, détruisent, volent ou modifient les informations. Et pour réparer les dégâts, l’attaquant demande une forte somme d’argent en guise de rançon. La plupart des institutions n’ont pas d’autre choix que de payer, car l’économie d’un pays peut être en jeu.

La multiplication des attaques par ransomware à un rythme effrayant est également préoccupante pour les gouvernements. Ils doivent améliorer la cybersécurité dans leurs institutions bancaires et réviser les normes de conformité pour la finance et la banque.

secteur bancaire

Ingénierie sociale

Ces types d’attaques sont moins graves que les rançongiciels. Mais elles sont tout aussi préoccupantes car elles concernent aussi les clients et les salariés des banques. L’hameçonnage et la chasse à la baleine sont en jeu pour obtenir des informations sensibles sur les consommateurs afin de commettre des fraudes.

De plus, les cyber-attaquants ciblent les applications bancaires, financières et fintech et les exploitent à leur profit. Par exemple, ils envoient de fausses factures et demandes de paiement à des applications bancaires ou à des utilisateurs de services qui semblent provenir d’une source fiable.

Pour une meilleure sécurité, un développeur d’application doit utiliser un certificat de signature de code. D’autre part, pour empêcher le phishing et d’autres activités d’espionnage de données, le certificat SSL de base commence à bas prix comme Comodo Positive SSL, le certificat RapidSSL, etc. Ce type de SSL peut être émis en quelques minutes et offre un cryptage plus élevé.

La croissance des services bancaires en ligne et des technologies financières pendant la pandémie a aggravé le scénario des attaques d’ingénierie sociale.

Travail à distance et attaques basées sur le cloud

La cybersécurité dans le secteur bancaire est devenue plus critique lorsque la pandémie s’est produite. Les employés de ce secteur ont été contraints de travailler à distance. Et cela signifie une connexion accrue dans leur réseau existant ! Alors que les institutions financières étaient censées faire de leur mieux pour s’assurer que leur réseau était sécurisé et qu’il n’y avait pas d’attaques, le travail à distance a augmenté les vulnérabilités.

Un autre changement observé est l’attaque via le stockage en nuage. La plupart des start-ups et des entreprises fintech de petite taille, ainsi que leurs partenaires, utilisent des services de cloud pour stocker les données. Il est comparativement plus facile pour les attaquants de pirater les serveurs basés sur le cloud.

Actions des banques et des sociétés financières face au scénario actuel de la cybersécurité

La solution évidente pour faire face à l’horrible paysage de la cybersécurité dans la finance est de renforcer la sécurité. Il y a plusieurs aspects à cela. La plupart des banques et des institutions financières ont augmenté leur budget pour la détection et la réponse étendues (XDR), le renseignement sur les menaces et la détection et la réponse gérées (MDR). Cependant, l’atténuation du risque de cyberattaques reste un défi en raison de l’étroitesse du marché des talents en cybersécurité.

Les autres mesures cruciales que les banques devraient prendre sont les suivantes :

  • Améliorer l’efficacité de l’évaluation de la cybersécurité
  • Sécurité stricte de l’accès aux applications tierces
  • Des normes strictes de cybersécurité pour tous leurs réseaux de partenaires.
  • Rendre l’accès à distance plus sûr
  • Investir dans des solutions et des technologies innovantes

Conclusion

Et enfin, sensibiliser les employés et la clientèle aux menaces et aux cyberattaques.

En outre, les banques doivent affiner leurs protocoles de sécurité pour les rendre plus rationnels.

L’automatisation peut être d’une aide précieuse à cet égard. Elle permettra d’économiser du temps, de l’argent et d’autres ressources investies dans la cybersécurité dans le secteur financier et bancaire.

Le nouveau paysage de la cybersécurité s’intéresse désormais davantage au rôle actif des clients. Les gouvernements doivent donc déployer davantage d’efforts en matière d’éducation et de réglementation obligatoire pour les banques. En conclusion, un effort collectif de la part des entreprises fintech, des partenaires, des gouvernements et des clients est la meilleure solution pour ce scénario complexe de cybersécurité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.