Accueil / Développement, code et webmarketing / Quels livres faut-il lire pour comprendre l’utilisabilité ?

Quels livres faut-il lire pour comprendre l’utilisabilité ?

L’Utilisabilité, c’est quoi ?

L’utilisabilité ou l’usabilité se définit selon la norme ISO 9241-11, comme : le degré selon lequel un produit peut être utilisé, par des utilisateurs identifiés, pour atteindre des buts définis avec efficacité, efficience et satisfaction, dans un contexte d’utilisation spécifié » L’utilisabilité désigne donc la capacité des utilisateurs à utiliser un produit ou un service et à comprendre : à quoi il sert ? Comment il s’en sert ? Nous renvoyons à la lecture de cet article du blog UX de l’agence Usabilis : Qu’est-ce que l’Utilisabilité ? Définition Utilisabilité ou usabilité

4 ouvrages de référence à lire en matière d’utilisabilité :

À travers ces trois ouvrages traitant de l’utilisabilité, de ses méthodes d’ergonomie, d’ingénierie ou de ses grandes problématiques, vous pouvez aborder l’ergonomie du web et en faire une discipline vraiment à part entière.

“UX Design et ergonomie des interfaces” est un ouvrage de référence dans le domaine de la conception d’interface UX et le Design de service. Cette 6ème édition présente une méthode claire et efficace pour “penser l’UX”. Ce guide pratique s’adresse donc à tous les professionnels impliqués dans la conception et le développement d’applications centrée sur les utilisateurs. Son auteur est Jean-François Nogier. Docteur ingénieur en informatique, il a mené l’essentiel de sa carrière dans le domaine des interfaces homme-machine chez IBM et Thales. Fondateur du cabinet de conseil Usabilis, il est spécialisé en ergonomie web et logiciel. Il enseigne l’utilisabilité du logiciel à l’université Paris Dauphine, VINT, l’ISEP et Supélec. II est également le fondateur du site www.usabilis.com qui présente la pratique de l’utilisabilité.

Avec le premier ouvrage intitulé : « Mesure de l’utilisabilité des interfaces » (Dont les auteurs sont : Baccino Th., Bellino C. et Colombi, ouvrage paru aux éditions Lavoisier-Hermès en 2005), vous serez à même d’évaluer et d’améliorer l’utilisabilité en partant de l’ergonomie cognitive.

Le second livre ayant pour titre : “Usability Engineering” (livre de Jacob Nielsen, aux éditions Academic Press, paru en 1993) porte davantage sur les méthodes d’ingénierie de l’utilisabilité et révèle de manière détaillée les outils indispensables à l’amélioration de l’utilisabilité. Rédigé par l’auteur du best-seller « HyperText & HyperMedia », cet ouvrage de référence est un guide pratique sur les méthodes d’ingénierie de l’utilisabilité.

Enfin, le troisième livre incontournable, s’intitule « Don’t make me think ». Il présente les grandes problématiques de l’utilisabilité Web. Steve Krug en est l’auteur. L’objectif majeur de cet ouvrage étant de faire prendre conscience aux concepteurs, designers ou toute autre personne impliquée dans un projet de conception web, qu’ils n’ont nullement besoin de tout connaître en matière d’utilisabilité pour réaliser des sites internet à la fois attractifs, esthétiques et fonctionnels.

By Intel Free Press [CC BY-SA 2.0], via Wikimedia Commons

Pourquoi ces livres sur l’utilisabilité ?

L’intérêt à se tourner de plus en plus vers l’utilisabilité durant tout le processus de conception d’un projet web, réside dans sa finalité. L’utilisabilité a pour but, exigence ou objectif, d’être évalué précisément afin d’analyser si ce qui a été ainsi conçu soit suffisamment efficient et satisfaisant pour les utilisateurs. C’est pourquoi même les buts d’utilisabilité s’inscrivent dans toute démarche de conception incluant l’expérience des utilisateurs.
Cela demande nécessairement une définition de ces buts, selon 3 critères à prendre en compte :

  • L’efficience
  • L’efficacité
  • La satisfaction

A quel domaine s’applique l’utilisabilité ?

Les champs d’application de l’utilisabilité concernent la conception centrée sur les utilisateurs et leurs expériences. De plus en plus de recherches sont menées sur les Interactions Humain-Machine (IHM) afin d’analyser et de mieux comprendre les influences sur les comportements utilisateurs. Ces analyses et évaluations de l’utilisabilité s’avèrent indispensables pour révéler les niveaux de performance du point de vue des réactions émotionnelles lors des interactions. Les tests d’utilisabilité permettant des approches qualitatives d’évaluation de l’expérience des utilisateurs lors de leurs interactions avec un système. Ces interactions Humain-Machine (IHM) constituent un champ d’investigation et d’étude portant sur la manière dont les utilisateurs communiquent avec terminaux (ordinateur, plaquette, Smartphone), les logiciels ou tout autre application et service digital sur internet.
La norme ISO 9241-2106 résume bien le domaine propre à l’utilisabilité ainsi que l’ensemble du champ de ses applications. L’accent étant porté sur les aspects fonctionnels comme sur l’ergonomie web de l’interaction. Le but étant de s’assurer qu’auprès des utilisateurs les fonctionnalités soient ainsi clairement accessibles et que leurs utilisations soient aussi simples qu’agréables pour les utilisateurs. En somme l’utilisabilité porte donc sur la conception et la réalisation d’une innovation technologique qui ne doit pas se voir.

Au delà de l’utilisabilité

L’UX ouvre donc un champ d’application bien plus large que la simple utilisation d’une interface, autrement dit l’utilisabilité. Ses domaines d’application se rapportent à un ensemble de disciplines de l’UX qui se mêlent entre elles. (l’UI Design, le design de service, l’architecture de l’information ou le design d’interaction…)

La démarche UX s’inscrit au-delà du pragmatisme de l’utilisabilité. Elle le dépasse en tentant de comprendre et d’anticiper les modes d’utilisations possibles. Selon Donald Norman, l’UX correspondant “aux réponses et aux perceptions d’une personne qui résultent de l’usage ou de l’anticipation de l’usage d’un produit, d’un service ou d’un système”.

Maladroitement associée au design d’interface (UI), l’UX Design est approche centrée sur les utilisateurs et se définit par le ressenti de ses derniers. Indissociable de l’UI, la démarche UX la complète. Cette dernière résulte d’un travail approfondi sur l’expérience utilisateur.

C’est pourquoi, lors du processus de conception, l’UX design prend en compte dans leur globalité les différents comportements et usages des utilisateurs.

Une interface réussie doit donc répondre tout autant à des critères esthétiques que fonctionnels, pour pouvoir procurer un ressenti et une expérience des plus attrayante, intéressante et agréable. Pour réaliser cette bonne expérience utilisateur encore faut-il acquérir une méthodologie d’analyse comportementale des plus rigoureuses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *