Accueil / Religion, théologie et voyance / Les saints les plus connus dans l’Eglise catholique
saint catholique

Les saints les plus connus dans l’Eglise catholique

L’Eglise catholique est la branche latine du Christianisme. Elle reconnaît plusieurs milliers de saints « officiels », suite à une canonisation, une procédure de l’Eglise pour reconnaître chez une femme ou un homme des vertus particulières qui en font un modèle de vie chrétienne. Nous nous proposons de vous présenter quatre figures parmi les saints les plus connus dans l’Eglise catholique. Vous pouvez retrouver des synthèses détaillées sur des centaines de saints sur le site Le Jour du Seigneur, l’émission qui diffuse chaque dimanche la messe sur France 2 et France Culture. Le site internet propose un accès à de nombreuses informations sur le catholicisme.

Saint Augustin (354-430) : un théologien antique

Augustin est un géant du Christianisme des premiers siècles. Il fait indubitablement partie des saints les plus connus dans l’Eglise catholique. Né d’un père païen et d’une mère chrétienne, il commence son existence d’homme dans une succession de conduites dissolues. A trente ans, il rencontre l’évêque de Milan, saint Ambroise, qui le subjugue. Il se convertit au Christ après avoir reçu la grâce divine.

Saint Augustin développe plusieurs thèmes théologiques importants pour un Christianisme qui tente de se structurer face à une multitude d’hérésies. Il est nommé évêque d’Hippone (Afrique du Nord) et rédige deux écrits majeurs qui traverseront les siècles : Les Confessions et La Cité de Dieu. Il est fêté le 28 août.

Un mot du saint : « La mesure de l’amour, c’est d’aimer sans mesure.

Saint François d’Assise (1182-1226) : un des saints les plus connus pour sa douceur et son amour envers la création

Né en Italie au Moyen-Âge, saint François d’Assise a une jeunesse bien dissipée. Il n’aspire qu’à la fortune. Sa quête est le plaisir. La gloire son aspiration suprême. Il connaît une révélation soudaine et puissante, à l’instar de saint Paul. Il est saisi par le Christ et décide ainsi de tout quitter. La pauvreté est sa nouvelle voie, d’où son surnom de Poverello.

Dans son quotidien, il souhaite imiter le Christ. Il se détache du matériel et poursuit un idéal de pureté. La joie et la paix sont deux états d’âme qui l’habiteront tout au long de sa vie religieuse. Pour saint François, l’amour doit s’adresser à toute la création. Il célèbre Dieu pour toutes les merveilles qui sont répandues sur la Terre. Ainsi, cultive-t-il un lien particulier avec les animaux.

Il est à l’origine de la fondation de l’ordre des Frères mineurs, dont les membres sont très vite surnommés franciscains. Il est fêté le 2 octobre.

Un mot du saint : « Oiseaux mes frères, vous devez beaucoup louer et aimer votre créateur. Il vous a donné des plumes pour vous vêtir, des ailes pour voler… Il a fait de vous ses plus nobles créatures. »

Sainte Thérèse d’Avila (1515-1582) : une mystique en Espagne

saint-therese-lisieuxNée en Espagne, sainte Thérèse d’Avila est une figure majeure de la Contre-Réforme. Elle entre au Carmel à l’âge de 20 ans. Durant les 20 années suivantes, elle ne fait pas preuve d’une spiritualité fougueuse. Tout change en 1555 lorsqu’elle est saisie par la grâce de Dieu et qu’elle connaît une « transfiguration » intérieure.

Thérèse d’Avila est une mystique. Elle professe une communion intime avec Dieu. Cette théologie mystique qu’elle incarne lui permet d’être itinérante et d’aller dans les monastères pour y raviver la flamme divine. Elle est l’auteur de plusieurs ouvrages théologiques magistraux dont Le Château intérieur et Le chemin de la perfection.

La sainte espagnole œuvre activement en parallèle de l’expansion de la Réforme, initiée par Luther. Tout comme sainte Thérèse de Lisieux, elle est fêtée le 1er octobre.

Un mot de la sainte : « L’amour est dur et inflexible comme l’enfer ».

Sainte Thérèse de Lisieux (1873-1897) : l’abandon dans l’amour

Sainte Thérèse de Lisieux, dite aussi de l’Enfant Jésus, est fêtée le 1er octobre. Sa courte vie est marquée par une grande spiritualité. Elle rédige un récit autobiographique qui connaîtra un succès fulgurant après sa mort : Histoire d’une âme. Thérèse y raconte bien plus que son enfance. Elle propose une petite voie c’est-à-dire une théologie simple et accessible au plus grand nombre. Elle repose sur des moyens ordinaires et une mobilisation des vertus de l’enfance : la simplicité, l’humilité, la joie, l’abandon, etc. Pour Thérèse, les péchés passés matérialisent la joie du salut divin. Celui qui accepte la grâce de Dieu peut accéder à la légèreté de la grâce. Elle écrit également de nombreux poèmes et prières adressés à la Vierge Marie.

Thérèse de Lisieux souffre des épreuves de la maladie. Elle finit par s’éteindre au couvent à l’âge de 24 ans. L’Eglise catholique la canonise en 1925 et la proclame Docteur de l’Eglise en 1997.

Un mot de la sainte : « Aimer, c’est tout donner et se donner soi-même. »

Nous espérons que ce bref panorama de 4 figures parmi les saints les plus connus de l’Eglise catholique vous aura éclairé sur la notion de sainteté dans le christianisme. Il existe encore des dizaines d’autres saints tout autant connus et canonisés pour des combats qui n’ont pas été mentionnés ici : lutte contre les démons à travers des exorcismes, martyrs dans la Rome antique, éminents théologiens ou encore sujets de visions extraordinaires. Voilà de quoi nourrir bien des articles qui vous fascineront.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.